Méthode de travail

La création d’une notice dans le VÉgA répond à un certain nombre de règles qui reflètent les choix arrêtés par le comité de publication.


Liste des dictionnaires, lexiques et indices de référence

(cf. Liste des ouvrages utilisés dans le VÉgA).

La création des fiches s’opère sur la base d’informations collectées dans une liste de 21 dictionnaires, lexiques et indices de différents états de l’égyptien ancien ou dédiés à des thèmes spécifiques, à laquelle il faut ajouter 6 dictionnaires de démotique et de copte.

Établissement de la liste des mots qui composent le vocabulaire égyptien

Chaque membre du comité de publication du VÉgA travail sur une lettre et dépouille les dictionnaires et lexiques de référence.

Les informations relevées sont enregistrées dans un fichier texte préparatoire. Le parti a été pris de créer une fiche différente pour chaque entrée du Wörterbuch, ainsi que pour chaque mot supplémentaire répertorié dans les autres ouvrages, définissant ainsi un premier périmètre du vocabulaire égyptien.

La recherche est ensuite affinée pour chaque vocable, avec contrôle systématique des références et retour à la source pour les mots peu attestés ou dont la traduction est problématique.

Les fiches préliminaires peuvent alors être remaniées pour être intégrées dans un tableau récapitulatif. Quand ces ouvrages distinguent plusieurs entrées pour des mots accompagnés des mêmes références, il arrive que le comité ait jugé bon de les regrouper en une seule notice. Inversement, lorsque les dictionnaires consignent dans une entrée unique des nuances distinctes ou des mots de classes différentes, il a été décidé de les séparer dans des notices séparées.

Cette étape permet d’établir une liste définitive des mots à enregistrer dans la base. Le parti a été pris d’exclure les épithètes divines et théonymes consignés dans le LGG ainsi que les toponymes.

Après l’enregistrement de la notice, celle-ci est relue par le comité, qui décide de sa publication définitive.

Conventions de translittération adoptées

Les conventions de translittération adoptées sont celles établies dans Grandet, Mathieu, Cours d’égyptien.

Dans le cas où les dictionnaires proposent des translittérations différentes, ces dernières ont été indiquées entre parenthèses après la référence bibliographique.

Traductions proposées

Les traductions consignées dans le VÉgA sont le plus souvent celles que l’on trouve dans les ouvrages de référence. Ont également été prises en compte les traductions égyptologiques « traditionnelles » entrées dans l’usage courant, mais parfois sujettes à caution.

Les théonymes enregistrés dans le VÉgA sont ceux absents du LGG. Dans ce cas, le nom égyptien a été conservé et adapté en caractères latins. Il en va de même pour les désignations égyptologiques courantes (ex : « arbre-ima », « akh », « ba », …).

Les traductions en langues étrangères pouvant varier par rapport au français, le choix a été fait de reporter uniquement les plus usitées. Lorsque la traduction d’un mot n’a pas été répertoriée dans l’une des langues retenues pour le dictionnaire, une traduction est proposée à partir de celles qui le sont dans les autres langues.

Sélection des graphies

Les graphies sélectionnées en vedette sont celles qui sont les plus représentées dans les ouvrages de référence. Les graphies atypiques notables sont consignées dans l’onglet « Catalogue des graphies ».

La mention « hiérat. » indique que la graphie apparaît dans une source écrite en hiératique.

Intégration des mots faux dans la base

Dans une volonté d’établir le périmètre du lexique égyptien, il a semblé nécessaire au comité de consacrer des fiches aux mots rencontrés dans les ouvrages de référence qui, après vérification, se révèlent faux. Le comité distingue « mot faux » et « entrée fausse ». Le mot faux est un mot qui n’existe pas, résultant le plus souvent d’un mauvais découpage du texte par un auteur. L’entrée fausse renvoie en général à un mot qui existe mais qui a été mal lu ou mal interprété par un auteur. Dans ce cas, un lien se trouvant dans l’onglet « Remarques » permet d’ouvrir la notice consignant la lecture correcte.