Le projet en résumé

Le principal objectif du VÉgA est de devenir le dictionnaire numérique de référence pour la communauté internationale de l’égyptologie, c’est-à-dire un outil créé par et pour des spécialistes mais aussi un point d’entrée pour les passionnés de cette discipline.


1. Un outil numérique mis à jour en continu

La démarche consiste à créer un outil interactif et facile à utiliser permettant de modéliser et de représenter les connaissances évolutives en égyptien ancien, en regroupant et recoupant les mots, leurs attestations, leurs références, leurs différentes graphies en hiéroglyphes ainsi que les photographies des textes concernés. Cet outil en ligne sera constamment mis à jour par l’ajout de nouveaux mots provenant de sources inédites et actualisé en fonction des études lexicographiques les plus récentes.

2. Une dimension scientifique nouvelle pour l’égyptologie

En second lieu, le VÉgA permettra de créer une plate-forme de partage dédiée à l’égyptien ancien via l’invitation à contribuer au projet, qui sera lancée à la communauté égyptologique française et internationale. En outre, il donnera l’opportunité de diffuser ce savoir collaboratif, élaboré rigoureusement sur des bases scientifiques fiables, auprès d’un large public qui pourra accéder au VÉgA en consultation, au plus tard en 2016.

3. Une base collaborative liée aux autres projets

Les fonctionnalités déployées dans le VÉgA permettront d’exploiter ses données dans des programmes similaires. Les choix technologiques opérés sont pérennes, tout en conférant une grande souplesse à l’outil : base de données orientée graphe, interface en HTML5 permettant d’accéder à l’outil via un simple navigateur web, stockage sécurisé des données sur la TGIR Huma-Num… Des projets partenaires envisagent d’ores et déjà de se connecter aux ressources du dictionnaire — par exemple le Projet Karnak, qui référence les inscriptions des temples de Karnak, dont le site internet est le plus visité en 2014 parmi les programmes SHS du CNRS.


Pour en savoir plus

Comment l’outil se présente-t-il concrètement et quelles sont ses fonctionnalités actuelles ?

Quel est l’historique du projet, et comment se situera-t-il au cœur de l’égyptologie pour les décennies à venir ?

Comment le design,  l’informatique et l’égyptologie se sont-ils assemblés pour aboutir à un tel outil ?